• aligner les marteaux verticalement est un jeu d'enfant
    • Par contre, régler la hauteur (alignement horizontal) est compliqué : sur le Kirkman, point de pilote de touche ! Mais le système d'échappement peut être mis plus ou moins haut grâce à deux vis en milieu de touche. Et pour y accéder,  il faut enlever tout le bloc des marteaux...
    • pour régler la frappe, des petits cylindres de bois se tournent grâce à une queue de cochon. Il faut y aller doucement : trop serré le son sera comme étouffé,  pas assez on risque un écho du son de la corde (marteau qui rebondit).
    • le marteau reste collé à la corde ! Et le problème ne se règle pas ou si peu avec les cylindres... J'ai passé 4 jours avant de trouver une vraie solution... le marteau avait son feutre arrière décollé,  ce qui empêchait le ressort de le renvoyer. Tout bêtement. Dans le doute, essayez avec un autre marteau, vous serez vite fixé! 
    • Une touche à du mal à se répéter, et les points précédents ont été vérifiés : il s' agit d'un petit ressort sur l'arrière du système d'échappement qui s' est décroché.

    Moralité : le plus petit des réglages à une incidence. Patience et bon sens !

    Ne reste plus qu'à marquer chaque touche en fonction de son problème supposé : réglage de frappe, marteau contre corde ou autre souci à identifier...

    De la théorie à la pratique : réglage d'un ancien bloc d'action !

     


    votre commentaire
  • C'est un peu le bloc moteur du piano, sur lequel quatre réglages principaux peuvent être effectués :

    • Les têtes de marteaux doivent être parfaitement parallèles : cela se règle grâce aux vis du dessus (6)
    • Les marteaux doivent être de niveau : cela se règle au niveau du pilote de touche sur le dessus de la touche (2)
    • La frappe et le 'retombé' doivent être nets, propres et fluides : cela se règle grâce au pilote d'échappement (4, ici réglable grâce une petite oreille) puis à la vis de chute s' il y en a une (7, pas ici !)
    • L'arrière du marteau ne doit pas frotter sur sa butée,  appelée attrappe-marteau (11). On la bougera légèrement le cas échéant.

     Réglages du bloc d'action

     


    votre commentaire
  • Retirer le bloc d'action est assez simple : retirez le cache avant et le couvercle, et dévissez les deux grosses vis sous le clavier. Retirez les deux blocs du couvercle. Tout le bloc peut être coulissé vers l'avant pour être sorti.

    Dans les entrailles du KirkmanDans les entrailles du KirkmanDans les entrailles du KirkmanDans les entrailles du Kirkman

    Cela permettra de nettoyer l'intérieur à fond, et bien sûr de réparer ou remplacer les marteaux endommagés ou absents. Ici, trois sont cassés mais encore présents dans le bloc, et trois font état d'une partie du système manquante... Ouvrir le piano à permis par ailleurs de retrouver un bout du porte partitions !

     

    Par ailleurs, le numéro de série est absolument partout, et a permis de dater ce piano entre 1868 et 1870.


    votre commentaire
  • Le Kirkman est arrivé ! Une couverture fine a été placée sur les cordes, le clavier a été bloqué avec du carton, et le tout a été emballé dans du cellophane. Le piano a ensuite été recouvert de couvertures et sanglé, avec une luge (sorte d'armature en bois créée sur mesure) sur son champ le plus long.
    Après avoir enlevé la lyre, le pied avant gauche du piano a été enlevé, pour nous permettre de basculer l'instrument sur son champ : d'abord sur des cales, puis sur un chariot de transport ad hoc. La manœuvre inverse a été effectuée pour le remettre d'aplomb.

    Premier diagnostic : le Kirkman est en état satisfaisant, même s'il est complètement désaccordé, que quelques touches coincent et que le jeu des chevilles nécessitera un renforcement certain. L'intérieur de l'instrument est nettoyé, dépoussiéré, la lyre fendue est reconstruite et refrottée, quelques éléments sont recollés. Prochaine étape : le diagnostic du bloc d'action...

    Transport et premier décrassage du Kirkman

    Transport et premier décrassage du Kirkman

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Transport et premier décrassage du KirkmanTransport et premier décrassage du KirkmanTransport et premier décrassage du KirkmanTransport et premier décrassage du Kirkman


    votre commentaire
  • Une fois n'est pas coutume, c'est un autre type de clavier qui va bientôt rejoindre mon sanctuaire. Un très beau piano à queue Kirkman. Un instrument issu d'une famille de facteurs de clavecins originaire d'Alsace à l'origine, qui s'expatria au 18ème siècle en Angleterre... et changea son patronyme Kirchmann (littéralement l'homme d'église) en Kirkman. Les fils reprirent la facture de clavecins et développèrent une facture de pianos : la moitié en uprights, l'autre en queues.
    Cet instrument présente la particularité d'être entre un quart et un demi-queue. Les standards européens n'étant pas fixes, il se situe dans une fourchette quelque part entre les deux. A première vue il daterait de 1860 environ, ce qu'un examen plus approndi devrait nous confirmer.

    Il demandera quelques réparations...

    Affaire à suivre, et un transport à organiser :)

    Une fois n'est pas coutume : Bob s'attaque à un Kirkman

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une fois n'est pas coutume : Bob s'attaque à un Kirkman


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique