• Le Kirkman est arrivé ! Une couverture fine a été placée sur les cordes, le clavier a été bloqué avec du carton, et le tout a été emballé dans du cellophane. Le piano a ensuite été recouvert de couvertures et sanglé, avec une luge (sorte d'armature en bois créée sur mesure) sur son champ le plus long.
    Après avoir enlevé la lyre, le pied avant gauche du piano a été enlevé, pour nous permettre de basculer l'instrument sur son champ : d'abord sur des cales, puis sur un chariot de transport ad hoc. La manœuvre inverse a été effectuée pour le remettre d'aplomb.

    Premier diagnostic : le Kirkman est en état satisfaisant, même s'il est complètement désaccordé, que quelques touches coincent et que le jeu des chevilles nécessitera un renforcement certain. L'intérieur de l'instrument est nettoyé, dépoussiéré, la lyre fendue est reconstruite et refrottée, quelques éléments sont recollés. Prochaine étape : le diagnostic du bloc d'action...

    Transport et premier décrassage du Kirkman

    Transport et premier décrassage du Kirkman

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Transport et premier décrassage du KirkmanTransport et premier décrassage du KirkmanTransport et premier décrassage du KirkmanTransport et premier décrassage du Kirkman


    votre commentaire
  • Une fois n'est pas coutume, c'est un autre type de clavier qui va bientôt rejoindre mon sanctuaire. Un très beau piano à queue Kirkman. Un instrument issu d'une famille de facteurs de clavecins originaire d'Alsace à l'origine, qui s'expatria au 18ème siècle en Angleterre... et changea son patronyme Kirchmann (littéralement l'homme d'église) en Kirkman. Les fils reprirent la facture de clavecins et développèrent une facture de pianos : la moitié en uprights, l'autre en queues.
    Cet instrument présente la particularité d'être entre un quart et un demi-queue. Les standards européens n'étant pas fixes, il se situe dans une fourchette quelque part entre les deux. A première vue il daterait de 1860 environ, ce qu'un examen plus approndi devrait nous confirmer.

    Il demandera quelques réparations...

    Affaire à suivre, et un transport à organiser :)

    Une fois n'est pas coutume : Bob s'attaque à un Kirkman

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une fois n'est pas coutume : Bob s'attaque à un Kirkman


    votre commentaire
  • Deux petits nouveauxPour la rentrée, et après un été passé à restaurer d'autres types de merveilles patrimoniales, Bob s'apprête à accueillir deux nouveaux pensionnaires, après leur avoir fait un peu de place...

    Le premier est vraisemblablement un Estey, pratiquement identique au premier (voir colonne de gauche).

    Quant au deuxième, il s'agit d'un Balthasar-Florence, soit le 4ème de mon sanctuaire, d'un type assez classique, mais au buffet plus trappu que ses frères.

    Deux petits nouveaux et un Appolon à vendre A suivre, le topo de quelques petits chantiers de restauration, autour d'un Alexandre Père et Fils prodigieux notamment...

    Deux petits nouveaux et un Appolo à vendreJ'allais oublier : Wannes Vanderhoeven, organiste et grand fan d'harmoniums lui aussi, vend son fantastique Appolo de 1930 (troisième photo). Si vous avez du coeur et de la place, n'hésitez plus !

    Plus d'informations sur cette page :
    https://sites.google.com/site/wannesvanderhoeven/apollo-organ


    votre commentaire
  • Un orgue Electone de 1962 environCa y est, je m'y remets. Une bienheureuse et généreuse donatrice vient de me donner ce splendide Electone, de la marque Yamaha. Il est estampillé "D-2", et daterait de 1962 environ.

    Avec des jeux pondérables (plusieurs positions possibles par jeu), et un double clavier, c'est un sintruemntnettement plus évolué que le Farfisa, mais avec un son curieusement plus 'creux', hormis les basses. A mi-volume, l'instrument est assourdissant, et la fonction de genouillère (pas encore reconstruite) permet d'enclencher un 'écho' acoustique qui transforme ainsi l'orgue de salon en orgue Un orgue Electone de 1962 environd'église...

    L'instrument est encore en bon état, avec un dispositif impressionnant de transformateurs et de bougies permettant notamment de régler le volume général de l'appareil, ou de choisir la tension du courant d'entrée. Le pédalier est en bois, et fonctionne toujours. Youpie !  


    votre commentaire
  • Les lacunes du FarfisaUne fois n'est pas coutume, Bob le bricoleur délaisse sa colle à bois et sa graisse blanche pour un fer à souder ! Rien de bien méchant, en somme. Rappelons les bases : un orgue Farfisa des années '70, dit Balmoral en Grande-Bretagne, ou encore Jacqueline dans certains pays francophones...

    Un orgue en bon état global, mais qui il y a peu, a rendu l'âme en partie : la Leslie (haut-parleur à effet acoustique, qui donne de la profondeur au son sec de l'électronique) peut en effet fonctionne en mode normal (moteur lent) ou en mode rapide. Et le mode rapide ne répondait plus ! Argh.

    Les lacunes du FarfisaComme d'habitude, on démonte, on numérote, et on essaie de voir comment cela fonctionne... même si on y connaît rien en électronique.

     

     

     

     

     

    Les lacunes du FarfisaEn enlevant la plaque arrière, voilà ce que l'on trouve. En enlevant lle 'coffrage' supérieur (qui supporte le lutrin), ainsi que le volet coulissant (par l'arrière), on atteint le dessus de l'instrument, dont le clavier principal pivote vers le haut. Après un dépoussiérage en règle, et une inspection minutieuse, une série de fils dans le fond de l'instrument est désoudée... Miracle ! Quelques points de soudure, et... Et... Le motor 'fast' de l'orgue ne fonctionne toujours pas. MAIS les deux notes perdues du pédalier ont repris du service ! Au cas où, cette série de fils ressemble à cela...

     

     

    Etape suivantè : démonter le rotor de Tremolo/Leslie pour comprendre d'où provient la lacune... Dépoussiérage, huile au coeur des petits moteurs, et... un axe qui relie les deux moteurs (lent et rapide) s'est déboîté... Réemboîtage, remise en place de la box : Alleluia ! Le problème est résolu !

    Les lacunes du FarfisaEncore une paire de fusibles à changer, et le volume aura sans doute regagné sa fougue de jeunesse. A suivre !


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique