• La saga des soufflets

    La saga des souffletsMais à quoi sert donc ce papier bleuâtre qui tombe en morceau ? A une hermétique plus grande ? Peu probable. A la déco ? peu importe, one le voit pas. Bizarre. Une chose est sûr : il faut enlever ce papier, ainsi que les peaux qui tombent d'elles-mêmes. Commence un sérieux et très fastidieux travail de nettoyage, mais aussi de reconstruction : les soufflets sont en effet consolidés pour leur partie bois, et les peaux (de moutons) formant les angles et les longeurs doivent être tous refaits. En gros, de la découpe de précision, du collage à la colle à bois + solution eau/colle, sans compter que chaque face doit sécher avant de pouvoir faire une autre. Un séchage à soufflet ouvert s'il vous plaît (l'ingénieux système n'est pas en photo : en réalité, les soufflets secondaires - les pompes - ont été maintenus ouverts en étant d'abord retournés, partie mobile vers le haut, puis câblées pour s'accrocher au plafond :) ) Ici, les soufflets sont donc vers le haut; au final, les 'trous' visibles seront donc vers le sol).

    La saga des souffletsSuite de la saga : n'oublions pas non plus le soufflet principal, attaché directement sur le meuble, et uniquement grâce à la peau de mouton. Le soufflet a donc été réparé, recollé, remonté, puis replacé dans le meuble. Une opération assez délicate, puisque toute l'opération de collage se fait presque à l'aveugle. Signalons qu'entre ce soufflet et les pompes existent deux gros ressorts qui seront là pour comprimer la réserve d'air pour un jeu plus 'présent'. Je vous laisse imaginer un bois qui bouge, une réparation toute fraîche, de la cole à bois partout, de la peau hyper souple et deux ressorts légèrement fauteurs de trouble ... Un curieux mélange !

    La saga des soufflets

    Conlusion : pratiquement deux mois juste pour refaire le soufflet, les pompes, et pour les remettre en place. 

    Après de nombreuses heures de travail, voici donc un détail de la remise en place du matériel (vu de l'arrière du meuble) : le soufflet en longeur est attaché au meuble, et pose à la fois sur des réglettes de chaque côté de l'instrument, et à la fois sur les deux ressorts. De l'autre côté des ressorts, la pièce de bois qui comprend les deux pompes.

    Vu la qualité des photos, voici un charmant petit schéma tout aussi médiocre illustrant le circuit de l'air, des deux côtés de l'instrument.

    La saga des soufflets

    En bleu, l'air part donc des pompes et est injecté dans des caissons latéraux. L'air est ensuite directement amené dans la 'caisse' des anches.

    En jaune, le trajet que l'air peut faire une fois arrivé à la 'caisse' des anches : selon les effets, l'air peut en effet être emmagasiné dans ce soufflet, qui fait dès lors office de sas de compression.


    Vous suivez ?

    Et voilà le travail, avec remise en place du pédalier.

    La saga des soufflets














     

    La saga des soufflets


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    lionnet
    Dimanche 19 Juillet 2009 à 17:45
    u n brillant organiste m'a confié que les collages des soufflets et autres devaient être  faits avec de la colle d'os. En effet si le temps ou la misère viennent à affecter les peaux de mouton une réparation parcellaire est possible car la colle d'os se dilue dans l'eau. vous qui paraissez un excellent bricoleur n'êtiez peut être pas au courant. Sachez que celui qui vous écrit est un débutant absolu en harmonium comme en tout autre instrument. Je vous relate donc la parole de Mr Chapuis sans savoir très précisément à quoi elle se raccorde. enfin j''entreprens depuis quelques semaines l'inventaire des harmoniums en velay et en gévaudan.
    salutations et coup de chapeau pour votre travail
    jean louis lionnet
    2
    Lundi 13 Juin 2011 à 12:27

    Mr Chapuis ? Alors là, je m'incline :) Je vais tenter cela, j'ai une amie iconographe qui pourra me fournir. Merci mille fois pour ce conseil !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :